Accueil / Actualité / Congo-TIC : Léon Juste Ibombo rappelle à l’ordre l’unité de la coordination du projet Central African Backbone

Congo-TIC : Léon Juste Ibombo rappelle à l’ordre l’unité de la coordination du projet Central African Backbone

Faisant le point de la mise en œuvre du projet Central African Backbone (CAB), dans son volet Banque Africaine de Développement (BAD), le ministre Léon Juste Ibombo, des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, a donné, ce mercredi 22 janvier 2020, les orientations de travail à la coordination de ce projet pour 2020 et pour l’avenir.

Déclinant les axes de travail, qui doivent servir de feuille de route pour la coordination nationale du projet CAB, le ministre Léon Juste Ibombo, dans son propos est parti d’un constat : le réseau d’interconnexion Congo-Gabon, mise en service en 2017, n’a pas pu assurer le relai de connexion à internet à la suite de la coupure du WACS, survenue ces derniers jours, à cause des défaillances constatées dans l’exploitation du premier réseau d’interconnexion communautaire.

Face à ses administrés, Léon Juste Ibombo précise que sur la base de ces erreurs, des leçons devraient être tirées. Si le nouveau délégataire est à l’œuvre pour corriger les erreurs, le ministre en charge du secteur martèle que le critère qualité et quantité doit servir de boussole dans la construction de l’interconnexion Congo-Cameroun et Congo-RCA, ainsi du Data Center national.

« Les rapports fournis par le délégataire prouvent que les négligences graves ont été opérées lors de la construction de ce réseau (Congo-Gabon) déployée sans gaines de protection, fouilles construites sans tenir compte des usages, câble exposé à l’air libre sans protection », a souligné le ministre Léon Juste Ibombo, tout en déplorant les actes de vandalisme constatés sur ce réseau.

Or, le projet CAB vise à améliorer les services des technologies de l’information (TIC), en qualité et en quantité. Sur cette base Léon Juste Ibombo a rappelé l’ambition du président de la République du Congo, qu’est celle « d’arrimer le Congo au développement de l’économie numérique. »

Aussi le ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie numérique a-t-il enjoint la coordination du projet CAB de prendre des mesures afin que la redondance Congo-Cameroun et Congo-RCA en construction soit capable d’assurer d’être une redondance utile en cas de coupure de la fibre du WACS. Les mêmes critères de fiabilité devrait être pris en compte dans la construction du Data center.

Cette réunion a servi, également, de tribune à Léon Juste Ibombo pour revenir sur les normes de fonctionnement du Projet CAB, qui au terme de la loi qui le crée est sous la tutelle du ministère des postes, des télécommunications et de l’économie numérique.

Ce qui revient à dire que le ministre en charge de ce secteur devrait avoir la température du fonctionnement dudit projet. Néanmoins, c’est tout le contraire qui s’observe. Le ministre Ibombo énumère quelques faits saillants : « Des réunions avec les différentes parties prenantes ont été organisées par votre unité de coordination du projet sans que le ministre ne soit partie prenante. Pire encore, aucun rapport n’a été rédigé à cet effet. » A fait savoir Léon Juste Ibombo tout en ajoutant : « Il nous est revenu que le contrôleur est ici à Brazzaville avec un autre partenaire du projet sans que nous en soyons informés, ni même sans être venu présenter les civilités au ministre de tutelle.

D’autres dysfonctionnements ont été évoqués par le ministre Léon Juste Ibombo. L’objectif visé à travers ces illustrations est le rappel du respect de la hiérarchie, instituée par la loi créant le projet CAB-composante Congo, mais aussi le retour à la franche collaboration entre la tutelle, qu’es le ministère du secteur et le projet CAB.

Dans cette synergie devrait se conjuguer les efforts pour la production des bons résultats. Cela doit être d’usage dans l’exécution des chantiers en cette année, 2020, surtout dans la construction de l’interconnexion Congo-Cameroun et Congo-RCA puis le Data center. « Je pensais avoir demandé que nous prenions toutes les mesures utiles pour qu’au même moment que se construit le réseau, que nous lancions déjà l’appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement du délégataire. » Pouvait déduire le ministre Léon Juste Ibombo.

Ce qui donnerait l’avantage, une fois les travaux terminés, d’avoir un délégataire pour assurer la maintenance et l’exploitation globale du réseau construit.

Plus rien ne pouvant plus être comme avant, cette réunion du ministre avec l’unité de coordination du projet CAB a, somme toute, débouché sur la conclusion selon laquelle « aucune décision ne peut être prise sans que le ministre de tutelle en soit informée. » c’est la norme de travail qui doit guider tout le travail à faire dorénavant.