Accueil / Actualité / Congo : l’invite de Léon Juste Ibombo pour une régulation respectueuse des textes, des valeurs et de la tutelle

Congo : l’invite de Léon Juste Ibombo pour une régulation respectueuse des textes, des valeurs et de la tutelle

Le ministre Léon Juste Ibombo, des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, au cours d’une communication à l’endroit du régulateur des postes et communications électroniques, ce vendredi 11 juin 2021, dans son cabinet de travail, a dicté la norme à respecter pour développer et restaurer l’autorité de l’Etat dans ce secteur.

 

Léon Juste Ibombo a fait son entrée en matière en énumérant les résultats engrangés par son administration, en synergie avec tous les acteurs placés sous sa tutelle. Il s’agit notamment : de l’accession du Congo à la tête de l’Alliance SMART AFRICA pour les deux prochaines années, de la création au sein de l’Université Denis Sassou- N’Guesso de Kintélé, par la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique du Centre Africain de Recherche sur l’Intelligence Artificielle. A cela s’ajoute, également la conduite du Projet de réalisation de la Phase pilote des tests 5 G en partenariat avec la CEA et l’opérateur MTN, sans oublier la mise en œuvre de la plateforme africaine de communication et d’information sur la Covid-19 ACIP pour améliorer les interventions sanitaires des États ainsi que la surveillance des maladies.

 

Le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique s’est félicité du travail abattu ensemble avec le régulateur pour booster le secteur, à travers, entre autres l’opérationnalisation du Fonds pour l’Accès et le Service Universel des Communications Électroniques, ayant rendu possible la couverture en télécommunications des localités enclavées, la dotation des établissements scolaires et universitaires en salle multimédias et bien d’autres acquis bénéfiques au développement des postes et des communications électroniques.

Pour la poursuite de cette dynamique, question de permettre à son département ministériel d’assurer au pays les atouts de prendre part à la « Révolution numérique », Léon Juste Ibombo a demandé au régulateur, qu’est l’agence de régulation des communications électroniques (ARPCE) à veiller sur la qualité des communications téléphoniques laisse à désirer, tout en faisant observer que des pertes de crédits répétées sont déplorées par les consommateurs sans défense, de même les consommateurs reçoivent de manière intempestive des sms promotionnels.

 

En retour, a instruit le ministre, l’organe de régulation se doit de prononcer des sanctions au lieu de simples mises en garde à l’endroit des opérateurs pourtant récalcitrants.

 

Concernant la régulation postale, a poursuit Léon Juste Ibombo, il faut veiller scrupuleusement à ce que la réglementation soit respectée. Sur ce point précis, le ministre a soutenu les textes d’application de la loi n° 9-2009 du 25 novembre 2009 portant réglementation postale en République du Congo sont au Secrétariat Général du Gouvernement et seront adoptés sous peu. Toutefois, l’ARPCE ne doit pas laisser s’installer une déréglementation du fait des opérateurs postaux privés, fixant aux usagers les tarifs fantaisistes. Au demeurant, Léon Juste Ibombo a exhorté l’agence de régulation d’assurer la sécurité postale, indispensable à la sécurité nationale.

 

La communication de Léon Juste Ibombo était destinée à l’ARPCE. Et en sa qualité du ministre en charge des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, il a rappelé à l’ARPCE, dont l’absence non justifiée de son directeur général dans la salle a été déploré par le ministre, est un organe de régulation placé sous la tutelle du ministère des postes, des télécommunications et de l’économie numérique. A ce titre, elle est soumise à l’obligation de rendre compte de ses principales activités à sa hiérarchie.

 

Si « la restauration de l’autorité de l’Etat n’est pas négociable. » Insiste Léon Juste Ibombo, l’ARPCE est sommée de faire parvenir à mon cabinet ministre les rapports d’activités semestriels et annuels. Ainsi, dans le cadre de la lutte contre les antivaleurs, et usant des pouvoirs de contrôle, le ministre ne manquera pas de faire auditer l’organe de régulation si jamais, il y a le moindre soupçon de malversations, de concussion ou de fraudes.

 

Les axes de travail

 

Après avoir fixé la ligne rouge à ne pas franchir dans la collaboration ministère-agence de régulation, le ministre Léon Juste Ibombo a donné les directives et instructions pour relever les défis communs de développement du secteur des télécommunications et des TIC, en pleine évolution à la vitesse exponentielle.

 

Léon Juste Ibombo a fixé la feuille de route de l’ARPCE en cinq (5) points essentiels. Il s’agit notamment d’adapter la Régulation des postes et des communications électroniques aux contraintes technologiques et sécuritaires qu’imposent les TIC, d’accompagner substantiellement le département dans la mise en œuvre de sa feuille de route ; (Alliance SMART AFRICA et d’amorcer l’apurement des dettes UPAP ET UPU,…)

Le troisième axe de travail recommande de faire améliorer la qualité des services en communications téléphoniques. Sur ce point, le ministre donne mandat à l’ARPCE de Sanctionner si possible les opérateurs de téléphonie mobile récalcitrants.

 

Un autre chantier sur lequel devrait travailler l’ARPCE est celui de réguler plus efficacement le secteur des postes en proie à un dérèglement des pratiques postales par de nombreux opérateurs privés agréés et non agréés.

 

Et, la dernière exigence c’est l’obligation faite à l’ARPCE de rendre compte à la tutelle des activités importantes menées en indiquant les résultats obtenus surtout dans le cadre de la coopération internationale free roaming, fréquences etc.

 

L’instant de cette communication du ministre Léon Juste Ibombo, en définitive, devrait donner à l’agence de régulation des postes et des communications électroniques un sursaut du travail bien fait respectueux des textes en vigueur et d’un environnement solidaire voulu par tous. Dans cette conjugaison d’efforts et le respect des textes ainsi que des valeurs pourront être relevés les défis de développement du secteur des postes et des communications électroniques, pour le bonheur des congolais et la matérialisation du programme de gouvernement du chef de l’Etat.