Accueil / Actualité / Congo-Communications électroniques : le comité du fonds pour l’accès et le service universels adopte ses instruments de travail

Congo-Communications électroniques : le comité du fonds pour l’accès et le service universels adopte ses instruments de travail

Le règlement intérieur, le document d’orientation stratégique, le manuel de procédures administratives, financières et comptables, le budget exercice 2020 et le plan d’action annuel, sont autant de documents jugés indispensables adoptés par les membres du comité du fonds pour l’accès et le service universels des communications électroniques pour son fonctionnement, au terme de sa session inaugurale administrative et budgétaire, tenue à Brazzaville, ce mercredi 25 mars 2020.

A l’ouverture des travaux, le président de ce comité, le ministre Léon Juste Ibombo, appelait ses membres à la responsabilité pour le doter de deux piliers indispensable à la réalisation de l’accès aux services, à savoir le pilier administratif et le pilier budgétaire.

Un jour de travaux a suffi pour examiner et adopter les instruments pour rendre opérationnel le comité du fonds pour l’accès et le service universel. Parmi les documents adoptés qui vont permettre au comité du fonds de fonctionner, il y a lieu de citer le règlement intérieur du comité du fonds, qui fixe les modalités d’organisation et de fonctionnement des organes du fonds, que sont le comité du fonds et l’organe de gestion du fonds.

Par ailleurs, les membres de ce comité ont adopté les documents d’orientations  stratégiques  pour le développement de l’accès et le service universels  des communications électroniques  pour la période 2020-2025, en vue de réduire la fracture numérique, sur la base de trois axes stratégiques. Il s’agit, pour le premier axe, de promouvoir l’accès des communautés rurales et démunies aux services des communications électroniques de base (voix et données) et aux services nécessitant le large bande. S’agissant de l’axe 2, il faut promouvoir  le développement  des nouveaux  services, la création des contenus locaux et des applications spécifiques favorisant l’inclusion  numérique. Enfin, il est question de renforcer les capacités des différentes parties prenantes en matière d’appropriation des TIC.

Cette session était aussi budgétaire. De ce point de vue, elle a approuvé avec amendements le plan d’action exercice 2020 et le budget  y afférent, arrêté en recettes et en dépenses  à la somme de 2991867743 Francs/CFA. Ce budget met la priorité sur la couverture des zones blanches  suivant les grandes masses ci-après : investissements 75% soit 2243900807 francs/CFA, fonctionnement 22% soit 658210903 francs/CFA, imprévus  3% soit 89756033 francs/CFA. Le comité s’est doté également du manuel de procédures administratives, financières et comptables.

Quatre délibérations meublent, en outre, les conclusions de cette 1ère session de ce comité du fonds : une délibération portant adoption du document d’orientations stratégiques pour le développement de l’accès  et du service universels des communications électroniques pour la période 2020-2025 ; une deuxième sur l’adoption du plan d’action annuel relatif à la mise en œuvre du projet pilote pour l’accès et le service universels des communications électroniques au titre de l’année 2020, une troisième qui a trait à l’adoption budget annuel exercice 2020 du fonds pour l’accès et le service universels des communications électroniques. Tandis que la dernière délibération porte sur l’adoption du manuel  des procédures administratives, financières et comptables

Une moisson abondante, pouvait se féliciter le président dudit fonds. Léon Juste Ibombo, clôturant ses assises, a engagé l’organe de gestion à tout mettre en œuvre pour matérialiser l’ensemble des projets retenus au profit des communautés rurales isolées et d’autres couches défavorisées  de la population, afin qu’elles puissent bénéficier des opportunités économiques et sociales qu’offrent les communications électroniques. Un chemin, somme toute, bien tracé pour aller vers l’arrimage du Congo au développement de l’économie numérique.