Accueil / Actualité / Numérique : vers la digitalisation de la poste congolaise

Numérique : vers la digitalisation de la poste congolaise

La poste congolaise face aux enjeux de la digitalisation, cette préoccupation a figuré au cœur de l’atelier de restitution des études sur la digitalisation de la poste congolaise, organisé à Brazzaville, par le par le ministre des postes, télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, en présence des agents et cadres de la société des postes et de l’épargne du Congo (SOPECO).

 

L’Union africaine n’entend pas exclure le secteur postal de la révolution numérique. Une étude a été menée par les experts de l’Union africaine dans le dessein d’accompagner le Congo dans sa marche vers la révolution digitale intégrale. Les conclusions de ces études ont été présentées au ministre de tutelle, à l’administration et aux agents de la poste.

 

Les études ont été entreprises en application de la décision 1074 du conseil exécutif, qui fait obligation à la Commission de l’UA de développer des stratégies et des plans sectoriels de mise en œuvre des stratégies de transformation numérique. L’étude a porté sur la numérisation harmonisée des services postaux. Avec le soutien de l’Agence française de développement et d’Expertise France, cette étude a porté sur les nouveaux services postaux entant que centres logistiques pour le E-commerce, le E-administration, l’inclusion financière, la promotion du commerce intra-africain en rapport avec l’effectivité de la ZLECAF.

 

Le travail réalisé par ces différents partenaires du Congo visait entre autres objectifs le soutien au développement de l’activité postale intra-africaine, l’intégration par les Etats des questions de souveraineté liées au développement numérique de la poste, l’évaluation de niveau d’inclusion de la transformation numérique de la poste.

 

Cette étude a ressorti le niveau d’avancement du processus, ses faiblesses et ses forces. Elle a aussi produit une fiche analytique et comparée de la digitalisation postale au Congo, dont le contenu déterminera les propositions pertinentes censées accélérer le processus.

 

Présentant les conclusions de cette étude au ministre Léon Juste Ibombo, en présence des agents de la poste congolaise, le chef de la mission Expertise France, Dominique Colin, a précisé qu’ « Au cours d’une semaine d’intense activité, nous avons travaillé avec le régulateur, la Société des postes et de l’épargne du Congo et l’ensemble de ses partenaires. » Pouvait-il renchérir avant de soutenir que : « La poste n’a pas d’adversaires, elle n’a que des partenaires. La transformation digitale devient un impératif et il faut en évaluer les tenants et les aboutissants. »

 

« Comprendre ce qui est fait et ce qui reste à faire. Connaître l’expérience des pays ciblés, dont certains sont assez avancés et la partager avec d’autres. » C’est bien la substance de cette étude, dont le rapport a été adressé au gouvernement du Congo, ainsi d’autres pays africains, pour la prise des dispositions par rapport aux recommandations découlant de ces résultats.

El Hadj Gley, consultant international, ex-PDG de la poste Tunisie et ancien ministre tunisien des postes, dans son exposé a fait état de «la ferme volonté du ministre (Léon Juste Ibombo) d’aller de l’avant dans la transformation digitale de la SOPECO…à travers le commerce électronique, de l’administration électronique…la dotation de la SOPECO du statut d’émetteur de monnaie mobile… ». En définitive, pour ces experts, la poste se développe grâce à la logistique du courrier, aux paiements financiers et au digital.

 

Intervenant pour la circonstance, Léon Juste Ibombo, ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique a invité la SOPECO à retrouver une dimension essentielle dans ce processus de transformation digitale de la poste congolaise, à savoir « la confiance », qu’incarnait jadis la poste congolaise “Nzete ya mbongo ».

 

Léon Juste Ibombo a rappelé l’avance prise par le gouvernement dans ce sens : « C’est dans ce cadre que nous avons fait approuver en conseil des ministres la stratégie nationale de développement de l’économie numérique, Congo vision digitale 2025. » A dit le ministre Ibombo avant d’ajouter « L’étude a suggéré la prise de part opérationnelle de la Poste dans les trois piliers de ladite stratégie, à savoir, le e-gouvernement, le e-business, le e-citoyen, pour lui permettre d’atteindre les objectifs spécifiques précités ».

 

En somme, l’étude ainsi réalisée constitue la preuve de coopération et de solidarité intracontinentale, indispensable entre la République du Congo et la Commission de l’Union Africaine, dans un secteur postal, qui doit surmonter les exigences du monde actuelle. La poste congolaise se doit, ainsi, écrire une nouvelle page de son histoire. Sa survie est à ce prix.