Accueil / Actualité / Intégration : vers l’interconnexion par fibre optique du Congo avec le Cameroun 

Intégration : vers l’interconnexion par fibre optique du Congo avec le Cameroun 

le ministre Ibombo procédant à la pose de la première pierre

L’acte de pose de la 1ère pierre, marquant le lancement officiellement des travaux de construction du réseau d’interconnexion à fibre optique, entre le Congo et Cameroun a été posé, ce samedi 8 août 2020, à Ntam, localité du département de la Sangha, frontalière avec le Cameroun, par Léon Juste Ibombo, ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, en présence du  représentant du Cameroun, Mohamadou Saoudi et des autorités locales.
Bien avant la pose de la 1ère pierre pour le début effectif des travaux, des mots ont été prononcés pour saluer, au travers de cet acte, la concrétisation de la volonté affichée et exprimée, depuis 2007, par les chefs d’Etat de la CEMAC en général, de ceux du Congo et du Cameroun en particulier, d’interconnecter les pays membres de la Communauté.
Les travaux lancés par Léon Juste Ibombo constituent la deuxième phase du projet Central African Backbone (CAB II), qui « vise l’interconnexion inter-Etat en réseau fibre optique », a fait savoir le coordonnateur national par intérim dudit projet, pour le compte du Congo, Michel Ngakala.

le coordonnateur national par intérim du projet Cab, M. Michel Ngakala

Il s’agira, pour rentre possible cette interconnexion, de construire 347km de réseau en fibre optique, avec pour point de départ la ville de Ouesso, chef-lieu de la Sangha et Ntam, comme point de raccordement avec le Cameroun. De manière précise les sociétés adjudicataires du marché, à l’ouvrage déjà sur terrain, sont chargées de construire six postes techniques, de procéder à la pose de 347km de fibre optique de 72 brins, de 705km de tube PEHD, de 347km de grillage avertisseur, de plus de 350 chambres L3TV.
Il est prévu, en outre, la fourniture, l’installation et la configuration des équipements actifs de transmission, d’un système de télésurveillance, avec cameras IP pour la surveillance centralisée des sites techniques, des équipements d’énergie. A cela s’ajoutent la mise en place d’un système d’alimentation électrique hybride pour l’ensemble des six sites, ainsi que d’un système de gestion et de monitoring de l’ensemble du réseau.
Les travaux de la ligne dorsale à fibre optique d’Afrique centrale Cab composante Congo, financés par la Banque africaine de développement (BAD) à environ 66,5 millions d’euros, soit plus de 155,3 milliards FCFA, une fois achevés renforceront l’intégration sous régionale, créeront un climat favorable au développement de l’économie numérique et boostera la productivité, a déclaré le ministre Léon Juste Ibombo, après avoir accompli le geste historique de pose de pierre, tout en ajoutant à partir de Ntam le Congo se dote une autre redondance, après celle qui le raccorde au Gabon, à partir de Mbinda.
Le secrétaire général du ministère camerounais des télécoms, représentant sa tutelle à cette cérémonie, Mohamadou Saoudi, après avoir présenté niveau appréciable d’avancement des travaux, coté camerounais, a rassuré faire le point à sa hiérarchie sur ce qu’il a vu et entendu, tout en soutenant que l’interconnexion en construction est « un excellent projet intégrateur. »
L’infrastructure en construction, désenclave les localités qu’elle traverse et offre, par la même occasion, la possibilité au Congo de ne rater la révolution numérique, de digitaliser au maximum son administration, et par conséquent d’arrimer le pays au développement de l’économie numérique, conformément au programme de gouvernement du chef de l’Etat congolais, dans le numérique.