Accueil / Actualité / Francophonie : les ministres en charge du numérique soumettent une nouvelle stratégie au prochain sommet des chefs d’Etat

Francophonie : les ministres en charge du numérique soumettent une nouvelle stratégie au prochain sommet des chefs d’Etat

La deuxième réunion du Réseau Francophone des Ministres en charge de l’Economie Numérique (RFMEN) s’est tenue ce vendredi 03 septembre 2021 à Cotonou, capitale du Bénin. Le ministre Léon Juste IBOMBO, des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, a porté la voix de la République du Congo à ces assises, ayant débouché sur l’approbation d’une stratégie de la Francophonie Numérique actualisée et d’autres sujets, qui devront meubler les échanges entre chefs d’Etat, lors du prochain sommet de la francophonie.

Ce segment de haut niveau de Cotonou, qui s’est tenu dans un format hybride (en présentiel et en ligne), a connu la participation de la Secrétaire Générale de la Francophonie, Louise MUSHIKIWABO plusieurs autres ministres en charge de l’économie numérique.

Les échanges et discussions entre ministres, en un jour, ont permis d’approuver le rapport d’activités de la présidente du RFMEN, discuté du mode de fonctionnement agile et innovant ainsi que l’ancrage institutionnel du RFMEN. Les ministres n’ont pas manqué de s’accorder sur la nouvelle stratégie de la Francophonie Numérique, ainsi que d’autres sujets à soumettre au prochain sommet de la francophonie, prévu en novembre prochain.

La nouvelle stratégie a été élaborée suivant une approche inclusive à travers la mise en place d’un groupe de travail au sein duquel sont représentés plusieurs pays et qui a démarré ses travaux au début de l’année 2020.

Ce document qui devrait être validé au prochain sommet des Chefs d’Etat s’assigne entre autres  objectifs ci la transformation numérique de l’espace francophone et l’appropriation des bénéfices qui en découlent, notamment l’autonomisation et la réduction de la pauvreté des jeunes et des femmes. Il promeut, par ailleurs, le développement d’un espace numérique inclusif, responsable, solidaire, favorisant la diversité culturelle et linguistique, et mettant résolument l’humain en son centre.

Ce même document que les chefs d’Etat doivent doter l’espace francophone poursuit le développement du numérique au service du renforcement de la démocratie, soucieux de la qualité de l’information, de la lutte contre les discriminations sous toutes leurs formes et de la protection des droits de l’Homme. A cela j’ajoute la création d’une sphère d’influence pour la langue française et pour l’expertise francophone sur la scène multilatérale, notamment au sein des enceintes de négociation et de décision, ainsi que sur les marchés internationaux et dans le développement de normes internationales liées au numérique.

L’avant-projet de stratégie actualisée de la Francophonie numérique  s’appuie sur cinq axes d’intervention spécifiques à savoir : la contribution à la réduction de la fracture numérique et améliorer l’accès au numérique pour les populations de l’espace francophone, l’amélioration de l’acquisition des compétences numériques, en particulier par les jeunes et les femmes, le renforcement des politiques publiques numériques, l’amélioration des contenus numériques francophones, sans oublier la stimulation de l’innovation au service de l’humain et l’encouragement du développement et l’usage inclusif des technologies numériques, telle l’intelligence artificielle, qui soit responsable et respectueux des droits de l’Homme.

La République du Congo, qui a pris part à ces travaux à double titres, d’abord en qualité de président de Smart Africa et de ministre en charge du Numérique, a présenté l’ambition du chef de l’Etat congolais, qu’est celle d’arrimer le pays au développement de l’économie numérique et de promouvoir l’intégration des États grâce au numérique, tout en insistant sur la vision digitale 2025 de la République, qui prend appuie sur le programme de développement de l’économie numérique, à l’horizon 2025.

D’une manière générale, les ministres sont unanimes d’une part, sur la nécessité pour le réseau RFMEN de trouver son ancrage institutionnel au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), et d’autre part, sur l’importance de le doter d’une gouvernance légère et d’un dispositif opérationnel de qualité afin de lui permettre d’atteindre pleinement ses objectifs, conformément à la déclaration des Chefs d’Etat et de Gouvernement lors du Sommet d’Erevan en octobre 2018, donnant naissance à ce réseau.

En somme, la deuxième réunion du Réseau Francophone des ministres en charge de l’économie numérique a, entre autre, balisé le chemin pour le prochain sommet de la Francophonie, prévu en novembre de l’année en cours.