Accueil / Actualité / Economie numérique : des solutions pour accélérer l’inclusion financière, à l’éducation ou à l’accès à l’eau potable en Afrique

Economie numérique : des solutions pour accélérer l’inclusion financière, à l’éducation ou à l’accès à l’eau potable en Afrique

Dans le dessein de disposer d’outils nécessaires pouvant aider à accélérer davantage la transformation numérique Etats africains par la promotion de l’innovation et de l’entrepreneuriat, un forum régional de l’innovation a été organisé par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), le 29 octobre 2020, par visioconférence. Le Congo y a participé par le biais de son ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo.
Les problématiques au cœur de ce forum international
Ce Forum régional d’innovation pour l’Afrique d’une journée s’était fixé pour objectif de donner aux participants de nouvelles approches, idées, outils, cadres, communautés et études de cas pertinentes pour comprendre comment intégrer les écosystèmes durables et tirer parti des opportunités pour accélérer la transformation numérique en Afrique subsaharienne.
Les conférenciers qui sont intervenus au cours des assises ont mis en évidence les meilleures pratiques, initiatives, programmes et projets nationaux et régionaux qui favorisent l’innovation centrée sur les TIC et la transformation numérique. Réagissant au cours des travaux pour le compte du Congo, Léon Juste Ibombo, ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique a soutenu la démarche visant à définir « des politiques pour favoriser les écosystèmes d’innovation numérique et la transformation numérique ; le rôle que jouent la collaboration et les partenaires régionaux ; leur importance pour l’intégration d’un écosystème compétitif à l’ère de la Covid-19 ;les principaux défis et opportunités auxquels nos pays sont confrontés et les politiques nationales en la matière. »
Ce haut lieu d’échanges et de partage a embarqué les participants dans un voyage d’apprentissage, qui leur a permis d’obtenir des informations sur la façon de renforcer les capacités régionales et nationales des constructeurs d’écosystèmes, des innovateurs et des champions qui identifieront les défis et les opportunités de la région. C’est pourquoi, « l’innovation lorsqu’elle est bien accompagnée, peut agir comme un catalyseur et un puissant accélérateur pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). »  a martelé le ministre Léon Juste Ibombo avant d’ajouter qu’ « Elle (l’innovation)  joue un rôle essentiel en apportant des solutions durables, inclusives et adaptées aux contextes de nos pays permettant ainsi aux populations d’accéder à des besoins et des services fondamentaux tels que l’énergie, l’éducation ou la santé. »
Au cours de ce rendez-vous du savoir, il a été mis en évidence les bonnes pratiques de travail et les efforts de collaboration entre toutes les parties prenantes de l’écosystème de l’innovation numérique, ainsi que les «histoires de force» des lauréats de ITU Innovation Challenges.
Cet événement, organisé dans le cadre du Forum Mondial sur l’innovation de l’UIT 2020, aura été une tribune pour ces intelligences de capitaliser l’idée selon laquelle la transformation numérique en Afrique subsaharienne a fait de grands progrès grâce à des entrepreneurs innovants, des initiatives gouvernementales progressistes et des constructeurs d’écosystèmes collaboratifs partout sur le continent, résolvant en utilisant les TIC pour résoudre des problèmes locaux tels que le manque d’accès à l’inclusion financière, à l’éducation et à l’eau potable.
A ce stade du débat le ministre congolais en charge de l’économie numérique a présenté les progrès que le Congo continue à réaliser. « Le Gouvernement a élaboré la stratégie nationale de développement de l’économie numérique, dite Vision Congo digital 2025, qui s’articule autour de trois piliers que sont : l’e-Gouvernement, l’e-citoyen et l’e-business et qui est assortie d’un plan d’actions pour la période 2018-2022, répondant ainsi aux recommandations internationales, avec le concours des acteurs majeurs de l’écosystème du numérique. » A dit le ministre Ibombo tout en précisant que « La politique de l’innovation numérique dans mon pays repose d’abord sur les infrastructures et en particulier, sur les autoroutes de l’information. C’est ainsi que ce sont mise en œuvre successivement les projets, Couverture Nationale en Télécommunications, West African Cable System et Central African Backbone afin de doter le Congo mais aussi notre sous-région, des autoroutes de l’information à très haut débit. »
Le ministre Léon Juste Ibombo a saisi cette occasion pour présenter l’arsenal juridique mis en place par le Congo, à savoir: la loi portant lutte contre la cybercriminalité, la loi relative à la cybersécurité, a loi relative à la protection des données à caractère personnel, la loi portant création de l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information, ainsi que la loi relative aux transactions électroniques, qui réglemente notamment les services financiers digitaux dans notre pays, sans oublier l’avant-projet de loi portant protection des start-ups en instance de transmission au conseil de ministre avant son adoption par le parlement.
Par ailleurs, sous le même registre des évolutions notables, pour ne pas rater la révolution numérique, le Congo a ratifié la convention de l’Union Africaine, dite Convention de Malabo, sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel. Actuellement, ce pays travaille déjà sur la perspective de ratification de la convention de l’Union Européenne dite, convention de Budapest sur la cybercriminalité.
« C’est tout cet arsenal juridique qui devrait permettre de créer les conditions favorables et le cadre législatif nécessaire pour créer la confiance numérique, condition nécessaire pour garantir le développement de l’innovation dans notre pays. » Pouvait déduire le ministre Léon Juste Ibombo.
Ce qui fallait attendre de ce forum international ?
Ce forum s’adressait à toutes les parties prenantes impliquées dans la création d’un environnement d’innovation numérique propice à l’entrepreneuriat et à la création de start-up, la croissance et l’expansion des petites entreprises, ainsi que la transformation numérique des secteurs public et privé.
En somme, ce forum a donné aux participants des méthodologies, des cadres, des outils et des études de cas pertinentes au contexte pour accélérer la transformation numérique dans la région Afrique en promouvant l’innovation et l’entrepreneuriat. Les participants, en dernier ressort, pourront rencontrer des innovateurs et des entrepreneurs numériques prospères, ainsi que des projets et des initiatives propices au développement d’écosystèmes d’innovation centrés sur les TICs.