Accueil / Actualité / Digitalisation : l’Union européenne accorde 15 millions d’euros pour un projet au Congo

Digitalisation : l’Union européenne accorde 15 millions d’euros pour un projet au Congo

L’enveloppe de quinze millions d’euros, soit environ dix milliards FCFA, est destinée à financer la digitalisation des services publics, l’assistance technique et l’amélioration de la gouvernance du secteur. Le projet pourra débuter dès l’année prochaine, a fait savoir Giacomo Durazzo, le nouvel ambassadeur de l’Union européenne (UE) au Congo.
La mise en place du programme de digitalisation de l’administration congolaise a été au centre d’un tête-à-tête, le 6 octobre à Brazzaville, entre le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo, et l’ambassadeur de l’UE. Les deux hommes ont évoqué la manière d’assurer la coordination du futur projet, puisque d’autres partenaires vont apporter des financements, à savoir la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque africaine de développement(BAD) et la Banque mondiale.
La digitalisation est l’un des domaines clés d’intervention de l’UE en Afrique. « Nous avons discuté avec le ministre de la mise en place de ce projet devant démarrer dès l’année prochaine. Le projet devra contribuer à l’amélioration de la qualité de service digital dans le pays, en lien avec les priorités du gouvernement congolais. Il s’agira de l’infrastructure, l’assistance technique et la gouvernance du secteur numérique », a indiqué Giacomo Durazzo.
Outre le montant promis par l’UE, la BEI devra apporter le montant équivalent, la BAD et la Banque mondiale soutiennent également le Congo respectivement dans le déploiement des infrastructures et la transformation digitale.
Pour le gouvernement congolais, l’appui des partenaires européens s’inscrit dans le cadre du projet e-gouv destiné à la modernisation de l’administration publique, la dématérialisation des services de greffe judiciaires, la délivrance des casiers judiciaires et du système national d’identité. « Le projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du développement de l’économie numérique. Il repose sur trois piliers : e-citoyen, e-gouv et e-business », a signifié Léon Juste Ibombo.