Accueil / Actualité / Congo-Poste : Léon Juste Ibombo entend réactiver les conseils de discipline

Congo-Poste : Léon Juste Ibombo entend réactiver les conseils de discipline

Pour restaurer l’autorité de l’Etat et permettre à l’administration postale de faire face à la concurrence du secteur et de ses charges mensuelles, le ministre Léon Juste Ibombo, au cours d’un échange avec les postiers, ce mardi 29 juin 2021, à Brazzaville, a donné l’information sur la relance des conseils de disciplines au sein de la Société des Postes et de l’épargne du Congo (SOPECO).
L’administration postale fait face à d’énormes défis. Et les énergies doivent se déployer pour sortir cette entreprise étatique de sa situation actuelle. Pour ce faire la première des exigences est celle que chaque agent réponde présent à son poste de travail. Ceci permettra que chaque agent postal remplisse sa mission. Le faisant chacun jouera sa partition dans la vente des produits et services de la poste congolaise et renflouera les caisses de la SOPECO.
Des pointeurs arrivées et départs seront installés dans les prochains jours dans les services de la poste congolaise, question de matérialiser cette ambition de remettre chaque agent à son poste de travail et de sévir les absents. Une initiative qui a été bien apprécié par les concernés qui ont formulé une doléance la mise à leur disposition d’un moyen de transport pouvant faciliter leur déplacement de leur zone de résidences pour le lieu de travail.
Le ministre Léon Juste Ibombo a promis trouver une solution à cette doléance qui intègre la dynamique du fonctionnement harmonieux de l’entreprise.
A cette mesure de mise en place d’un procédé numérique avec un pointeur de présence pour les agences de Brazzaville et Pointe-Noire, le ministre Léon Juste Ibombo a ajouté de l’octroi des badges aux agents des différentes caisses.
Cette décision découle du constat que le ministre a fait en synergie avec le comité de gestion de la SOPECO qu’il avait mis en place pour sortir l’entreprise de sa crise qui perdure, de ce qu’il y avait un décalage criard entre les recettes et les charges de la SOPECO, dans l’espace d’un mois.
De ce point de vue, au cours de cet échange ministre-agents des postes, Léon Juste Ibombo a fait le point des démarches entreprises par le cabinet concernant l’apaisement des tensions au sein de la SOPECO.
Comme prévu par le comité de gestion qui doit évaluer chaque semaine les recettes et les dépenses et prioriser la première dépense qui est le paiement du salaire mensuel, cette rencontre a permis au Ministre de mettre à la disposition de ces travailleurs les encaissements et recettes attendues de la SOPECO pour des raisons de clarté.
A ce jour, là SOPECO attend cinq millions (5.000.000) de franc/CFA de son partenaire privilégié Money Gram, treize millions (13.000.000) de franc/CFA des loyers par la Banque Postale du Congo, vingt millions (20.000.000) de franc/CFA des frais destinés aux payements des retraités.
En engageant les dépenses essentielles à son fonctionnement la SOPECO se reste avec 2045255 francs/CFA dans ses caisses. Or la masse salariale de cette entreprise publique s’élève à 38820739 francs/CFA, soit un gap de 36775484 francs/CFA. D’où il faut maximiser les recettes pour établir l’équilibre entre les recettes et les charges mensuelles. Ainsi, chaque agent est attendu à son poste de travail, pour sortir l’entreprise de l’ornière.
A propos des recettes dissimulées, Léon Juste IBOMBO a dit qu’il s’agit là d’une fausse information. Pour permettre à la SOPECO de retrouver ses lettres de noblesse, il appelle les travailleurs au ressaisissement et à préserver l’outil de travail.
Pendant ces échanges, les travailleurs ont formulé quelques suggestions, notamment la nécessité de créer une autorité de régulation, le fonds postal tout en demandant au gouvernement de revoir la subvention jusqu’alors estimé à cent treize millions (113.000.000) de franc/CFA l’année.
Le Ministre a, par ailleurs, déploré le retrait des partenaires sociaux du comité de gestion récemment mis en place de façon collégiale. Un outil, pourtant, institué par le ministre pour assurer la gestion collégiale et transparente de la SOPECO.