Accueil / Actualité / Congo-Numérique : mise en fonctionnement du centre africain de recherche intelligence artificielle (CARIA)

Congo-Numérique : mise en fonctionnement du centre africain de recherche intelligence artificielle (CARIA)

Le Centre africain de recherche intelligence artificielle (CARIA) a lancé officiellement ses activités ce jeudi 24 février 2022, dans l’enceinte de l’Université Denis Sassou-N’Guesso, de Kintélé, site qui abrite provisoirement ledit centre. La coupure du ruban, symbolique de l’inauguration de ce centre a été faite par Anatole Collinet Makosso, 1er ministre, chef du gouvernement congolais, en présence de quelques ministres congolais, du ministre de la RDC et du Bénin en charge du numérique.
La coupure du ruban et la visite de ce centre qui s’assigne pour mission de développer l’économie numérique ont été précédé par une série d’allocutions, qui circonscrit le contexte, l’objectif et l’importance du Centre africain de recherche en intelligence artificielle.
La première a prendre la parole est Stella Messa Sassou-N’Guesso, maire de la commune de Kintélé, qui a souhaité la bienvenue à l’assistance qui a fait le déplacement de cette banlieue, située au Nord de Brazzaville.
Adélphine Adouki, ministre congolais de l’enseignement supérieur, qui a succédé au lutrin a évoqué les différentes étapes qui ont concouru à la création de ce centre qui a pour vocation de répondre aux enjeux de ce millénaire, qu’est celui de la digitalisation et de la vitesse. Ainsi présenté, ce centre de recherche en intelligence artificielle va offrira au continent africain de prendre part active à la révolution numérique. « C’est un centre qu’est tourné non seulement vers le Congo et l’Afrique mais aussi vers le Monde ». Pouvait soutenir Mme le ministre congolais en charge de l’enseignement supérieur.Le CARIA est mis en place grâce à la volonté de la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique. Pour les Nations Unies le CARIA se propose d’aider les pays africains à promouvoir et d’adopter des technologies nouvelles et émergentes, afin de faire progresser leurs aspirations de développement et de transformation de leurs économies dans le cadre de la croissance de l’économie numérique mondiale. Dans cette perspective Vera SONGWE, Secrétaire Générale Adjointe de l’Organisation des Nations Unies, Secrétaire Exécutive de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, qui a pris la parole pour la circonstance, a abordé la plus-value que va offrir le CARIA. Selon, dans un délai proche on va commencer à avoir les retombés de ce centre.Prenant la parole à son tour, le ministre congolais, Léon Juste Ibombo, des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, a rendu hommage aux différentes personnalités qui ont œuvré à l’aboutissement heureux de projet, avant d’exprimer sa satisfaction. « L’inauguration de ce centre est une source de joie et de fierté légitime pour les Congolais, et au-delà, pour la jeunesse africaine tout entière. » Pouvait-il renchérir avant d’ajouter « Car il constitue une véritable vitrine de l’Afrique décomplexée et émergente que nous voulons, en termes des technologies innovantes telles que l’Intelligence Artificielle. »Ce projet qui a pris un peu plus d’une année de gestation a pris corps et forme. Il est un pôle d’innovation moderne et disposant des commodités permettant d’accueillir les étudiants et chercheurs africains désirant poursuivre les travaux de recherche en Intelligence Artificielle, véritable catalyseur des économies digitales.
Les projets de recherche qui démarrent en 2022-2023 couvrent d’emblée un champ scientifique très large ayant un point commun entre l’intelligence artificielle et la science des données, ce qui fait de ce centre un instrument unique en Afrique.
Il s’agit des projets de recherche suivant : le Réseau de Neurones ; la vision par Ordinateur ; la machine Learning ; la réalité virtuelle et Augmentée ; le traitement du langage naturel ; la robotique et l’automatisation industrielle ainsi que l’Informatique Génétique.
Ce centre est équipé de deux salles à usage de laboratoire de recherche de pointe avec des équipements informatiques de dernière génération permettant de suivre les enseignements en ligne via la plateforme e-learning.
Il mettra à la disposition des apprenants trois types de programmes de formation, à savoir : le programme Licence-Master-Doctorat, le programme certifiant de renforcement des capacités en ligne à l’endroit de quiconque désirant approfondir les connaissances en Intelligence Artificielle, ainsi que le programme d’initiation à la robotique et Intelligence Artificielle à travers la classe verte destinée aux élèves du cycle primaire et secondaire.
Aussi, Léon Juste Ibombo a-t-il présenté l’objectif principal de ce centre qu’est « d’entreprendre des recherches de pointe sur l’intelligence artificielle (IA) en se concentrant sur une approche centrée sur l’homme afin de maximiser les avantages et de contrer les défis du développement et de l’utilisation de cette technologie pour la transformation socio-économique du continent. »
Bouclant la série des interventions avant de couper le ruban et de visiter ce centre, le 1er ministre congolais, Anatole Collinet Makosso a inscrit le CARIA dans l’optique de la matérialisation de la volonté du président Denis Sassou-N’Guesso, qui se résume en l’arrimage du Congo au développement de l’économie numérique.
En rappel, c’est en marge de la 7ème session du Forum Régional Africain pour le Développement Durable tenu à Kintelé du 1er au 4 Mars 2021, qu’il avait été décidé de la création du Centre Africain de Recherche en Intelligence Artificielle et son hébergement au sein de l’Université Denis SASSOU NGUESSO.