Accueil / Actualité / Congo-Numérique : le centre africain de recherche en intelligence artificielle lance ses activités en janvier 2022

Congo-Numérique : le centre africain de recherche en intelligence artificielle lance ses activités en janvier 2022

Tout est prêt pour que le centre de recherche en intelligence artificielle ouvre ses partes, c’est sur ces mots de Mactar Seck, responsable de la technologie à la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, a tracé l’avenir de ce centre, transversale pour le Congo et l’Afrique, à la clôture des travaux de validation du cadre stratégique pour sa mise en place, ce jeudi 11 novembre 2021, à Brazzaville.

Logé dans l’enceinte de l’université Denis Sassou-N’Guesso de Kintélé, le centre africain de recherche en intelligence artificielle (CARIA) devrait contribuer au développement de la société et assurer une dynamique pour l’innovation, la recherche, le communication. De ce point de vue l’intelligence artificielle devrait requérir une parfaite appropriation et vulgarisation, afin de permettre aux Etats, au secteur privé et à l’ensemble de la population d’en tirer pleinement profit dans les meilleures conditions.

Le rendez-vous de Brazzaville, illustré par cet atelier de validation du cadre stratégique du CARIA, a constitué pour les participants un cadre d’échange et de réflexion pour les recherches de pointe sur l’intelligence artificielle en se concentrant sur une approche centrée sur l’homme, afin de maximiser les avantages et de relever les défis du développement et de l’utilisation de cette intelligence pour le progrès socio-économique du continent.

C’est ainsi que les experts de la CEA, communauté technique et universitaire, structures publiques et privées, société civile venus de plusieurs horizons ont constaté que plusieurs avancées ont été enregistrées dans la mise en place dudit centre. Par la même occasion, ils ont validé les documents fondamentaux et fondateurs du CARIA, ainsi que les contenus pédagogiques. Aussi, pouvaient-ils déduire que la route est toute tracée pour que le CARIA démarre effectivement ses activités courant 4ème semaine de janvier 2022.

Ce centre s’assigne une vocation panafricaine, clôturant lesdites assises Léon Juste Ibombo, ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, n’a pas manqué de rappeler le rôle que jouerait le centre africain de recherche sur l’Intelligence Artificielle. « Au moment où notre pays poursuit sa migration vers la Transformation digitale, le Centre Africain de Recherche sur l’Intelligence Artificielle qui, dans une approche centrée sur l’homme pour relever les défis de développement via cette nouvelle technologie, est une réponse à l’accélération de la croissance économique. » Pouvait préciser Léon Juste Ibombo.

Pour lui, le CARIA « est également une mine importante de richesses que se doivent de puiser chercheurs, étudiants, secteur privé et public du continent ou d’ailleurs. »

A l’évidence le ministre Léon Juste Ibombo a apprécié les conclusions découlant de cette rencontre de Brazzaville. « Dans l’intérêt particulier de progresser vers la transformation digitale et la croissance économique du continent, vous êtes parvenus à adopter tous les documents de référence, soumis à votre examen. » Pouvait-il soutenir avant de les énumérer : « Il s’agit entre autres, du document portant sur le cadre stratégique du Centre ; document portant sur le cadre de collaboration nationale et internationale du Centre. »

C’est la première fois qu’un tel centre va voir le jour en Afrique. En somme cet atelier, non seulement met en place les rudiments donnant naissance au centre africain de recherche en intelligence artificielle, mais aussi trace le chemin qui reste à suivre, qui consiste à mettre la toilette sur les différents documents produits, afin qu’effectivement le CARIA voit le jour en janvier 2020.