Accueil / Actualité / Congo : la gent féminine veut faire des technologies de l’information et de la communication une arme pour son autonomisation

Congo : la gent féminine veut faire des technologies de l’information et de la communication une arme pour son autonomisation

Un échantillon des jeunes filles est à l’école du donner et du recevoir. Trois jours durant, à compter de ce mercredi 28 avril 2021, à Brazzaville, ces jeunes filles, venues d’horizons divers recevront une plus-value en rapport avec les technologies de l’information et de communication (TIC), pouvant leur permettre de rivaliser d’ardeur à ce 21ème siècle, siècle de la rapidité et du tout numérique.
Ouverts, ce 28 Avril, par Léon Juste Ibombo, ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, à l’occasion de la journée internationale des jeunes filles dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), instituée par l’UIT (Union Internationale des Télécommunications), les travaux de cet atelier visent à améliorer les connaissances des jeunes filles et des jeunes femmes à la conception , au développement et à l’utilisation des outils et applications des technologies de l’information et de la communication, tout en mettant à leur disposition des outils en leur permettant d’être « actrices du changement dans ce secteur, jusqu’à ce jour majoritairement masculin. De sorte que la gente féminine prenne part active au processus du développement durable.
Aussi, dans son allocution d’ouverture, le ministre Léon Juste Ibombo a-t-il inscrit ses propos dans cette perspective.« … Le fait de promouvoir l’enseignement des femmes et des jeunes filles dans le secteur des TIC s’inscrit dans le droit fil des objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations Unies, en particulier l’ODD 5, qui vise à parvenir à l’égalité des sexes et à autonomiser toutes les femmes et les filles, notamment grâce aux TIC », pouvait-il soutenir, tout en faisant un rapprochement des attentes de cet atelier avec l’objectif poursuivi par la journée internationale des jeunes filles dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), conformément à la vision de l’UIT. « En effet, l’organisation d’une Journée mondiale des jeunes filles dans le secteur des TIC a pour ambition avant tout d’offrir des perspectives d’emploi à la jeune fille. » A rappelé le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique.
Si, cette journée valorise les jeunes filles et les encourage à poursuivre les études et leurs carrières dans le secteur technologique à travers la formation en codage, en développement d’applications mobiles et en informatique, les résultats attendus de cet atelier, organisé par la Force Montante Congolaise (FMC), jeunesse du Parti Congolais du Travail (PCT), par le biais du département de la promotion de la jeune fille, des questions du genre et des affaires sociale, sont entre autres, permettre aux jeunes filles et femmes de faire des TIC une arme de leur autonomisation.
De ce point de vue, les jeunes filles et femmes seront utiles et compétitives face aux contraintes de ce millénaire et du marché de l’emploi. Léon Juste Ibombo a trouvé les mots pour rappeler l’ambition de l’UIT : « Beaucoup d’entreprises et d’organisations cherchent à accroître le nombre de femmes représentées dans leur secteur, et en tant que principale institution des Nations Unies pour les télécommunications et les TIC, l’Union Internationale des Télécommunications veut encourager et promouvoir l’équilibre entre les femmes et les hommes dans le secteur des TIC à tous les niveaux au moyen de nombreuses initiatives, parmi lesquelles le partenariat mondial pour l’égalité hommes-femmes à l’ère du numérique (EQUALS), un partenariat mondial multi-parties prenantes visant à réduire la fracture numérique entre les hommes et les femmes. »
Ainsi, cette tribune, comme le veut la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC, devrait, en dernier ressort accroître la représentation des filles et des femmes dans les sciences, technologies, Ingénierie et les mathématiques.
S’appuyant sur un extrait d’une déclaration du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, qui reconnait qu’« Il est essentiel de rendre ces technologies accessibles à toutes et à tous si l’on veut reconstruire des collectivités et des économies plus fortes, et ainsi relever les nombreux défis les plus pressants du monde », Léon Juste Ibombo a exhorté les formateurs à donner à la jeunesse féminine congolaise, durant ces trois jours du donner et du recevoir, les arguments nécessaires pour entreprendre dans ce secteur.
Organisé sous le thème : « Femmes et technologies », cet atelier de renforcement des capacités au bénéfice des jeunes filles et femmes congolaises, est une manière pour la Force montante congolaise, jeunesse du PCT de s’inscrire dans le programme de gouvernement du chef de l’Etat congolais, « Ensemble poursuivi la marche », qui lance une invite en direction des jeunes à s’insérer dans le secteur de l’économie numérique, promis à un bel avenir. Il est, également, l’occasion de promouvoir l’utilisation inclusive et équitable des TIC pour tous.