Accueil / Actualité / Congo : des bonnes perspectives pour la réussite de l’inclusion financière

Congo : des bonnes perspectives pour la réussite de l’inclusion financière

Les moyens de paiement digitaux : enjeux et perspectives, cette question a constitué, ce jeudi 4 novembre 2021, à Brazzaville, le point principal de discussions et d’échanges entre les différents acteurs œuvrant dans le développement du numérique au Congo.

Organisé par le cabinet Deloitte, cette tribune a servi d’instant indiqué pour débattre des enjeux et problématiques et d’échanger sur les orientations envisageables pour une inclusion financière.
Il s’est agi, séance tenante de formuler des recommandations dans l’optique d’ouvrir à la population l’éventail des services pouvant assurer une transformation entièrement digitale du Congo. Autant reconnaitre que les moyens digitaux sont devenus, actuellement des éléments indispensables pour développer l’économie numérique. Ce qui revient à dire que les services financiers digitaux révolutionnent l’écosystème numérique et l’industrie des services financiers.
A ce titre le cabinet Deloitte a perçu la mesure des enjeux actuels en organisant cet atelier. De ce point de vue, il s’affirme comme le partenaire du gouvernement congolais dans la mise en œuvre de la transformation digitale aux cotés des strat-ups, des banques, des régulateurs, des consommateurs, des entreprises privées et étatiques. Le ministre Léon Ibombo pouvait l’admettre en ces termes : « Aussi la pertinence de votre engagement à booster l’activité numérique tient-elle à sa cohérence avec la vision stratégique du président de la République, SEM Denis Sassou-N’Guesso ».
Poursuivant son intervention à cette tribune, Léon Juste Ibombo a rappelé que le téléphone mobile, comme canal transactionnel, a complètement changé les modes de distribution des services financiers en faveur des populations non desservies, et fait preuve de succès en matière de renforcement de l’inclusion en offrant un meilleur accès aux services financiers formels pour les populations pauvres souvent exclues du secteur traditionnel.
Le projet LISUNGI que le gouvernement congolais met en œuvre depuis quelque temps via la SOPECO (société des postes et de l’épargne du Congo) par sa plate forme « Poste Mobile participe de cette dynamique.
Il y a, donc, défis à relever ou des obstacles à lever pour rendre effective la transformation digitale du Congo. Il s’agit d’augmenter le taux de bancarisation, la dominance des espèces, les coûts élevés de transactions, de relever la connectivité, le temps de traitement des transactions.
Pour parvenir à cette fin il faut rendre possible l’utilisation généralisée des services financiers digitaux, aussi bien par les individus que par les micros, petites et moyennes entreprises, ainsi que la réalisation de la connectivité locale et régionale à grande échelle, en encourageant l’accès automatisé aux plateformes de données gouvernementales , mais aussi une forte pénétration des terminaux numériques. Le Congo a fait un pas de plus dans ce sens, en défiscalisant tous les terminaux électroniques, Smartphones et autres ordinateurs dans la loi de finances 2021.
Pour le ministre Ibombo, au delà du tableau prometteur de l’accélération de la transformation digitale au Congo, il reste encore des domaines de déploiement pour les acteurs de la Fintech, notamment le développement des transferts inter-opérateurs mais aussi l’interopérabilité des moyens de paiements digitaux qui demeure encore un enjeu majeur pour l’inclusion financière du Congo. Le Ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique a noté des avancées significatives dans ce secteur. A titre d’illustration le nombre de comptes de paiement de monnaie électronique a atteint 7.1 millions en 2020 contre 4.3 millions en 2019, soit une hausse de 65%.
Cet atelier a été le lieu d’échanger et d’enrichir par les contributions l’accélération de la transformation digitale de la République du Congo. Une plus-value a été apportée pour permettre au pays d’aller vers l’inclusion financière et d’assurer les meilleurs moyens de paiements digitaux.