Accueil / Actualité / CEEAC : Les ministres en charge des télécommunications et TIC adoptent un Plan d’Action pour le Déploiement des Infrastructures de communications Électroniques

CEEAC : Les ministres en charge des télécommunications et TIC adoptent un Plan d’Action pour le Déploiement des Infrastructures de communications Électroniques

Brazzaville, ce jeudi 24 juin 2021, le ministre congolais, Léon Juste Ibombo, des postes, des télécommunications et de l’économie numérique a présidé, en visio-conférence, la rencontre de haut niveau des ministres en charge des télécoms et des technologies de l’information et de la communication des pays membres de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC). Cette réunion a débouché sur l’adoption du Plan d’Action pour le Déploiement des Infrastructures de communications Électroniques (PACDICE-AC).

Progressivement la CEEAC s’achemine vers la mise en œuvre du Plan d’Action pour le Déploiement des Infrastructures de communications Électroniques (PACDICE-AC). Les ministres de la communauté en charge de cette question se sont accordés ce jeudi. Le document qu’ils ont approuvé sera transmis aux chefs d’Etat pour son adoption et sa mise en œuvre.
Après avoir suivi et examiné les conclusions des travaux des experts qui portaient sur le contenu de ce plan d’action pour le développement des infrastructures de communications électroniques, cette réunion de haut niveau des ministres de la CEEAC en charge des télécoms et des TIC a approuvé des documents transversaux au développement des Télécoms et TIC en Afrique Centrale. Il s’agit de la méthodologie analytique de priorisation des projets du Plan d’action consensuel de déploiement des infrastructures de communications électroniques de l’Afrique centrale (Pacdice-ac).
Il a été, également, question d’examiner la note stratégique sur la priorisation des projets du Pacdice-ac ; la feuille de route 2021 de mise en œuvre du Pacdice-ac et la déclaration des chefs d’État sur le développement des infrastructures de communications électroniques dans la sous-région.
Comme à l’ouverture des travaux, à leur clôture le ministre congolais en charge des télécoms qui présidait lesdits travaux a souligné que l’examen approfondi de ces documents permettra de disposer des documents de qualité. « Au cours de notre réunion nous avons apprécié, à leur juste valeur les recommandations pertinentes des experts qui durant 3 jours n’ont ménagé ni leur énergie ni leur temps pour produire un travail de qualité » , a fait savoir Léon Juste Ibombo dans son mot de clôture.
La moisson de ce segment de haut niveau aura été abondante. Et le ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie numérique pouvait s’en féliciter ; puisque l’inclusion numérique est en marche. « Au regard des résultats auxquels nous sommes parvenus il nous appartient donc d’affirmer notre ferme volonté d’aller plus loin dans la mise en place d’une infrastructure numérique régionale, inclusive, économiquement viable et techniquement durable. Ce, afin de promouvoir le développement socio-économique de l’Afrique Centrale et son intégration dans l’économie continentale et mondiale. » Pouvait signifier Léon Juste Ibombo.
Conscients de la situation du développement des infrastructures en Afrique centrale, les ministres de la communauté ont estimé que la CEEAC a tout intérêt à prioriser les infrastructures de communication électronique sur la base d’une méthodologie ayant fait ses preuves dans le processus de priorisation des projets d’infrastructures au niveau continental.
La CEEAC s’est réjouie de la tenue de cet atelier qui permettra l’amélioration des documents proposés. En conséquence la responsabilité grande des participants s’est dégagée pour le développement de ce secteur qui connaît encore un déficit.
La mise en œuvre des projets du PACDICE-AC permettra entre autres d’augmenter l’accès à l’internet haut débit , de réduire les couts de la connectivité internationale, d’améliorer les performances des services entre les Etats membres, et d’accéder à la souveraineté numérique des Etats.