Accueil / Actualité / Brazzaville, carrefour de trois rendez-vous majeurs pour développer le numérique en Afrique

Brazzaville, carrefour de trois rendez-vous majeurs pour développer le numérique en Afrique

Brazzaville, la capitale de la République du Congo, abrite les 24 et 25 février 2022,les cérémonies d’inauguration du Centre Africain de Recherche en intelligence Artificielle (CARIA), du lancement du projet académie numérique de Smart Africa et la 5ème réunion du Conseil des Ministres africains en charge des technologies de l’information et de la communication de l’Alliance Smart Africa.

 

Les trois rendez-vous internationaux qu’accueille le Congo sont d’une importance capitale, en ce sens qu’ils constituent une étape importance considérable dans le processus de digitalisation de l’Afrique.

De ce point de vue, le 24 février 2022, les ministres africains en charge des TIC, procéderont, au lancement officiel des activités du Centre Africain de Recherche en Intelligence Artificielle (CARIA).

Ce Centre de Recherche en Intelligence Artificielle, installé dans l’enceinte de l’université Denis Sassou-N’Guesso, de Kintélé, le tout premier en Afrique, entreprendra des recherches sur les implications juridiques, éthiques, économiques et sociétales des technologies d’Intelligence Artificielle, développera des outils, produits et services basés sur l’intelligence artificielle, afin d’aider les pays africains dans son ensemble à adopter la mise en œuvre de cette technologie émergente dans leurs efforts de répondre aux aspirations de développement national, ainsi que des Objectifs du Développement Durable (ODD), comme convenus au niveau international.

De ce point de vue, le Centre Africain de Recherche en Intelligence Artificielle, ainsi créé, va entreprendre la recherche interdisciplinaire dans plusieurs domaines tout en mettant l’accent sur la réduction des problèmes sociaux réels et l’émergence du continent en matière de technologie. Il sera le nœud central des chercheurs africains pour mener et diffuser des travaux de recherche avancés en utilisant des technologies de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Par ailleurs, en outre le lancement du projet académie numérique de Smart Africa, la capitale congolaise recevra le 25 février 2022, en présentiel, la 5ème réunion du Conseil des Ministres en charge des TIC de l’Alliance Smart Africa (CMICT-5).

Ce segment ministériel se propose entre autre agenda de travail de faire l’état d’avancement de la mise en œuvre des procès-verbaux des résolutions de la 4ème réunion du Conseil des Ministres en charge des TIC de l’Alliance Smart Africa (CMICT4). Il sera procédé, également, à la ratification de la constitution de Smart Africa.

Bien plus, cette 5ème réunion du conseil des ministres en charge des TIC de l’Alliance Smart Africa, fera le point des progrès réalisés sur certains projets et initiatives clés de Smart Africa. Ces assises de Brazzaville plancheront, en outre, sur le développement de la stratégie triennale de Smart Africa (2023- 2025), ainsi qu’elles se prononceront sur la désignation des pays pouvant accueillir le Sommet Transform Africa 2022 et valideront les résolutions de la CMICT5.

Il faut retenir que du 9 au 11 novembre 2021, réunis à Brazzaville, à la faveur d’un atelier sur les documents de mise en place effective du Centre africain de recherche en intelligence artificielle, les experts et autres savants des TIC avaient produit un document stratégique dont la quintessence égrène le mode de fonctionnement cohérent du CARIA, générateur d’emplois et accélérateur de la croissance économique de l’Afrique, ainsi qu’ils avaient décidé pour début 2022, le lancement des activités du CARIA. La création de ce Centre Régional en Intelligence Artificielle, le tout premier en Afrique, fait de la République du Congo un grand Hub régional en matière de développement des technologies émergentes dans la région.

Quant à l’alliance SMART Africa, née lors du sommet « Transform Africa », tenu à Kigali (Rwanda), du 28 au 31 octobre 2013, elle est un engagement audacieux et novateur des chefs d’État et de gouvernement africains, visant à accélérer le développement socio-économique durable sur le continent, en introduisant l’Afrique dans une économie de la connaissance grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).