Accueil / Actualité / Afrique-économie numérique : vers l’implémentation d’une plateforme homogène pour lutter contre le Covid-19

Afrique-économie numérique : vers l’implémentation d’une plateforme homogène pour lutter contre le Covid-19

Au cours d’une visioconférence, ce lundi 11 mai 2020, les ministres africains en charge de l’économie numérique, membres de smart africa, ont échangé sur la possibilité de converger les efforts pour la mise en place d’une plateforme pouvant permettre aux pays africains de lutter efficacement contre le coronavirus.

Cette rencontre, organisée à l’initiative de Smart Africa, a été un lieu d’échange et de partage, avec une seule ambition d’harmoniser les plateformes numériques des différents pays africains, afin d’aboutir à une plateforme homogène permettant aux Etats d’optimiser leur lutte contre le Coronavirus, surtout dans le cadre de la sensibilisation à maxima de la population.

Léon Juste Ibombo, qui a pris part à cette réunion pour le compte du Congo a souligné l’ordre du jour de ces assises internationales. « L’objet de cette réunion était de réunir les ministres membres de smart africa, pour voir comment approuver les plateformes pouvant permettre aux Etats de lutter de manière efficace contre le covid 19. » A-t-il fait savoir avant préciser l’apport du Congo à ce débat.

En effet, au cours de ces échanges par visioconférence, pouvait-il soutenir, « le Congo a apporté sa contribution à travers le projet d’implémentation d’une plateforme de lutte contre le coronavirus. » Cette plateforme est en cours d’élaboration entre le ministère des postes, des télécommunications et de l’économie numérique et celui de la santé, de la population et de l’intégration de la femme au développement avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Il s’est agi, donc, à travers ces discussions entre ministres en charge de la question d’harmoniser les vues, pour aboutir à l’approbation d’une plateforme homogène pour l’Afrique.

Par ailleurs, au niveau de smart africa il se pose la question du cout et des contributions des Etats membres. Puisque, la quote-part exigée de chaque Etat membre est estimée à 1 million de dollars américains. D’où le nécessaire recours aux partenaires bilatéraux qui peuvent accompagner les pays africains pour implémenter ce type de plateforme.

Pour le cas du Congo, Léon Juste Ibombo a déclaré que son pays est en pourparlers avancés avec le PNUD, dans ce processus d’implémenter de cette plateforme. Dans cette perspective, il a annoncé l’organisation d’une réunion avec l’ensemble des acteurs, à savoir le Système des Nations Unies y compris l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les partenaires œuvrant dans le domaine de l’économie numérique et téléphone mobile, le régulateur, ainsi que Congo Télécom, pour définir les modalités de mise en place de cette plateforme.

Le ministre congolais en charge de la question, Léon Juste Ibombo, au demeurant,  a qualifié la démarche de smart africa d’une bonne initiative, qui mobilise autant de force pour vaincre l’ennemi invisible, qu’est le covid 19.

En rappel, Smart Africa, regroupant une trentaine de pays membres, a pour vocation de faire que l’environnement numérique apporte sa valeur ajoutée, fasse que les pays africains puissent s’interconnecter en réseaux très haut débit. Le chef de l’Etat rwandais, Paul Kagamé est le président de son conseil d’administration.