Accueil / Actualité / Interconnexion Congo-Cameroun-RCA : Les sociétés soumissionnaires associées au processus d’attribution des marchés

Interconnexion Congo-Cameroun-RCA : Les sociétés soumissionnaires associées au processus d’attribution des marchés

24 sociétés ont soumissionné aux appels d’offres internationaux, lancés il y a moins d’un mois, par le ministère des postes, des télécommunications et l’économie numérique, via son organe technique, Central African Backbone (CAB-Congo). C’est pour faire participer les sociétés soumissionnaires aux différentes étapes d’attribution desdits marchés qu’une séance de travail, ce mardi 10 juillet 2018, a réuni autour d’une table toutes les parties prenantes.                                                      
Dans le souci de transparence et avant le dépouillement des dossiers de soumission à ces appels d’offres internationaux, la coordination nationale du projet CAB-Congo a organisé, avec les soumissionnaires cette réunion préparatoire à une visite de terrain. Cette étape du processus du choix de l’adjudicataire sera l’occasion pour chaque soumissionnaire de mesurer l’ampleur des travaux à exécuter sur les deux axes.

L’occasion était indiquée pour le projet CAB d’informer ses partenaires en puissances sur le bien-fondé de cette visite de terrain, question de se fixer les idées avant toute décision sur les attentes du gouvernement congolais, en lançant ces appels d’offres. Au cours de cette même réunion certaines conditions à remplir par l’adjudicataire ont été rappelées. « En règle générale, quand on lance un appel d’offre, s’il s’agit des travaux, il y a l’expérience des sociétés en matière des travaux, dans le cas présent de la capacité de déploiement des réseaux en fibre optique, la capacité financière est indispensable ; parce qu’il faut qu’on s’assure que la société a les moyens financiers pour exécuter les travaux. A fait savoir Bernadin Omfoura cadre au projet CAB-Congo.

Les participants, principalement les soumissionnaires, ont pu apprécier l’importance de cette démarche du projet CAB et comprendre le contenu du travail et de la fibre optique. Un des soumissionnaires, Giscard Bouantsétsé, a soutenu qu’ « Aujourd’hui quand on parle de fibre optique, les gens ne font qu’allusion à l’internet. Or, il y a autre chose derrière, telle que la transmission des données… »

Animé par l’obligation des résultats, Léon Juste Ibombo, ministre de tutelle, a franchi de manière inattendue les locaux où se tenait cette réunion, pour faire le suivi du processus et pour transmettre aux participants les défis de son administration, à savoir concrétiser l’ambition du chef de l’Etat d’arrimer le Congo au développement de l’économie numérique. Pour le ministre Léon Juste Ibombo « on est en train de construire les infrastructures, pour matérialiser l’ambition du chef de l’Etat, qu’est l’arrimage du Congo au développement de l’économie numérique.

L’économie numérique, qui devient, à l’évidence, l’un des piliers de diversification de l’économie congolaise, rend de plus en plus le Congo attractif.

Il sied de souligner que la République du Congo a reçu un financement de la Banque Africaine de Développement (BAD), pour financer, par le biais du projet CAB-Congo, les travaux de mise en œuvre des infrastructures à fibre optique d’interconnexions  avec le Cameroun et la République Centrafricaine (RCA), ainsi que, par un autre appel d’offre fournir, installer et mettre en service des équipements de transmission, d’un système de supervision  et des équipements d’énergie-climatisation et la formation du personnel  pour la mise en œuvre des infrastructures à fibre optique  d’interconnexion du Congo avec le Cameroun  et  la République centrafricaine ( RCA)en un lot unique.

En conséquence, 17 sociétés ont soumissionné pour la construction des réseaux à fibre optique terrestre et sous fluvial Congo-Cameroun-RCA, tandis que 7 sociétés, pour les équipements desdits réseaux.