Accueil / Actualité / DECLARATION DU GOUVERNEMENT A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DES TELECOMMUNICATIONS ET DE LA SOCIETE DE L’INFORMATION CÉLÉBRER LE 17 MAI DE CHAQUE ANNEE

DECLARATION DU GOUVERNEMENT A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DES TELECOMMUNICATIONS ET DE LA SOCIETE DE L’INFORMATION CÉLÉBRER LE 17 MAI DE CHAQUE ANNEE

Aujourd’hui, le Congo se joint à la communauté internationale pour célébrer la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information. C’est aussi l’occasion pour le gouvernement de manifester son engagement à encourager l’arrimage de notre pays au développement des technologies de l’information et de la communication et de réaffirmer sa détermination à promouvoir les valeurs qui s’y rattachent. Le 17 Mai marque la date de l’anniversaire de la signature de la première Convention télégraphique et la fondation de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) en 1865. L’UIT est devenue aujourd’hui la principale institution des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication.
Mesdames et messieurs, chers concitoyens,
Pour l’année 2019, la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information a été placée sous le thème : « Réduire l’écart en matière de normalisation ». Ce thème permettra aux Etats membres de l’UIT de se concentrer sur les travaux réalisés par l’union et de veiller à ce que les pays en développement soient à même de contribuer aux importants efforts effectués en matière de normalisation dans le secteur des télécommunications/TIC et d’en tirer profit, en leur permettant de contribuer à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).
Les Etats Membres pourront ainsi mettre en lumière les avantages qu’offrent les normes harmonisées à l’échelle mondiale, ainsi que les risques qu’impliquent les efforts de normalisation trop peu inclusifs.
Ce thème s’inscrit également dans le mandat de l’UIT qui est celui d’améliorer l’identification et l’analyse des nouvelles tendances dans l’environnement des télécommunications, telles que définies dans la Résolution 71 (Rév. Busan, 2014) de la Conférence de plénipotentiaires.
Mesdames et messieurs, chers concitoyens,
Cette journée, nous invite à apprécier la pleine mesure du chemin parcouru à travers les initiatives nationales, régionales et à apprécier les efforts mises en œuvre pour l’équilibre du secteur des télécommunications et l’épanouissement des consommateurs des services de communications électroniques.
C’est également l’occasion pour nous, acteurs du secteur, de prendre conscience des défis qu’il reste à relever, ainsi que des opportunités qui nous sont offertes. Chacun d’entre nous a son rôle à jouer dans la transformation digitale de notre pays pour les générations futures.
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO a manifesté clairement son engagement aux potentiels qu’offrent les télécommunications, à travers son projet de société « la marche vers le développement » au point 5 : Arrimer le Congo au développement de l’économie numérique ».
En effet, nous vivons à l’ère du numérique où les frontières traditionnelles entre les mondes physique et virtuel se réduisent. C’est ainsi qu’on parle de la révolution numérique, caractérisée par des technologies de rupture telles que l’intelligence artificielle, la robotique, les nanotechnologies, les big Data, l’Internet des objets, la réalité virtuelle, le porte-monnaie électronique. Cette révolution touche pratiquement tous les secteurs notre pays.
Si la convergence des technologies recèle des opportunités considérables, elle présente aussi tout un éventail d’enjeux éthiques, économiques et scientifiques. Historiquement, le rythme des évolutions n’a jamais été aussi rapide et la société ne peut que s’interroger sur différents aspects de leur durabilité sur le long terme.
A cet effet, la normalisation en technologie contribue à façonner notre avenir. Elle appuie non seulement l’élaboration de solutions sur mesure pour tous les secteurs, mais est aussi l’outil permettant la diffusion des meilleures pratiques, des connaissances et des innovations dans le monde entier. La normalisation a toujours joué un rôle déterminant pour faciliter l’adoption des technologies nouvelles.
Elle garantit la compatibilité et l’interopérabilité partout dans le monde et aide ainsi nos sociétés à adopter facilement les technologies émergentes de demain.
Mesdames et messieurs, chers concitoyens,
Réduire l’écart en matière de normalisation, c’est aussi s’assurer que le cadre juridique et règlementaire, les stratégies et politique sectorielle s’harmonisent avec des modèles types proposés par nos régions respectives.
C’est dans ce contexte que le ministère des postes, des télécommunications et de l’économie numérique dont j’ai la charge s’est engagé à marquer une attention particulière en procédant à l’approbation de la législation sur la lutte contre la cybercriminalité, la cybersécurité, la protection des données à caractère personnel et les transactions électroniques, validée récemment en conseil des ministres et transmis au parlement pour adoption.
Pour mettre en œuvre les lois précitées, plusieurs textes d’applications sectorielle seront élaborés avec la participation inclusive de toutes les parties prenantes. Il s’agit notamment de :
la stratégie nationale de cybersécurité ;
la stratégie nationale d’accès et de partage de données ;
la stratégie nationale du e-commerce ;
le plan national de développement des infrastructures haut débit ;
la politique nationale de migration du protocole internet IPv4 en IPv6.
Je prescris à tous les sachants et acteurs du numérique qui vont, dans les prochains jours, recevoir le programme de travail et toute la documentation qui l’accompagne de le rendre effectif et productif dans le seul but d’avoir un environnement digital bien assainie.
Mesdames et messieurs,
Quelle que soit l’acuité de la vision Congo digital 2025, quelle que soit la pertinence et l’efficacité de nos stratégies et politique, les effets de la normalisation seraient limités si elle ne se tournait pas vers la sous-région, dans une dynamique d’intégration. C’est dans cette optique que le Parlement a été saisi pour ratifier la Convention de l’Union Africaine sur la cybersécurité et les données à caractère personnel.
La promotion des politiques d’amélioration des performances nécessite une mutualisation des efforts, à travers une fédération des acteurs publics et privés, afin de permettre aux bénéficiaires de pouvoir accéder à un accompagnement structuré et coordonné. Cette journée nous rassemble aujourd’hui autour d’une thématique qui nous offre justement des occasions pour dire aux organismes concernés de trouver les ajustements nécessaires.
Mesdames et messieurs, chers concitoyens,
Je ne pourrais terminer mon propos sans rendre hommage aux efforts déployés en collaboration avec des milliers d’experts du monde entier qui travaillent sans désemparer pour mettre en place les processus de normalisation permettant de réduire l’écart en matière de technologie et d’atteindre les objectifs de développement durable tant souhaité.
Vive la journée mondiale des télécommunications.
Vive la coopération internationale dans le domaine des TIC